Le Blogue

par Jennifer Laoun-Rubenstein, o.o.d

Miel, pommes, et l'acuité visuelle

Georges Laoun Opticien

Vous avez suremment entendu parler d'une vision dite 20/20. Il me semble que la majorité des personnes, y compris moi-même jusqu'à tout dernièrement, associent une valeur de 20/20 avec une vision parfaite. En fait, cette valeur est une expression de l'acuité visuelle qui n'est qu'un des nombreux éléments qui constituent une bonne vision.

Un de mes cours préférés cette session est celui de Rôles des différentes ressources professionnelles de l'optique dans lequel nous apprenons ce que font les autres professionnels dans le domaine, notamment ce que fait l'optométriste.

Dans ce cours, j'ai été surprise d'apprendre que l'acuité visuelle-- le degré avec lequel l'oeil puisse percevoir les détails les plus fins d'un objet, est une mesure indépendante du pouvoir réfractif de l'oeil.

Il est donc possible qu'une personne n'ayant pas besoin de lentilles correctives ait une acuité visuelle inférieure à 20/20. Comment est-t-il possible? J'ai posé la question aujourd'hui à Agnes, une de nos optométristes.  

Agnes m'a expliqué qu'un oeil capable de former une image nette sur la rétine pourrait avoir une acuité moins bonne que 20/20 si ce même oeil est affaiblit par un problème non-réfractif sousjacent. Et voilà: on apprend quelque chose de nouveau à chaque jour.

Ça à l'air que le sujet de l'acuité visuelle me faisait penser à Rosh Hashanah, le nouvel an juif: il est coutume de manger une pomme trempée dans le miel lors du premier repas de Rosh Hashanah pour assurer une année remplie de douceur.

Shana Tova! (Bonne année!)

 

Retour aux articles